Skip to main content

Voitures électriques accessibles : questions / réponses

De nos jours, les véhicules électriques se démocratisent de plus en plus. On en retrouve chez plusieurs marques, dans différents modèles (citadine, ludospace, monospace, minibus) et même certains modèles de véhicules aménagés handicap.

Mais, on le sait bien, quand il s'agit du premier projet d'achat de véhicule électrique, de nombreuses interrogations surviennent. Batterie, autonomie, préservation, usure, tout y passe ! Alors, pour satisfaire votre curiosité et votre intérêt, notre équipe a pris le soin de recenser les questions les plus courantes et d'y répondre.

Tout savoir sur les véhicules aménagés handicap 100% électriques

Comment démarrer un véhicule électrique aménagé ?

Un véhicule électrique ne possède pas de boîte de vitesse, et par conséquent pas d’embrayage. Il suffit donc :

  1. d'appuyer sur la pédale de frein,
  2. de tourner la clé ou d’appuyer sur le bouton start (tout en gardant la pédale de frein enfoncée),
  3. d'enclencher le sélecteur de vitesse (marche avant ou marche arrière)
  4. de déverrouiller le frein à main - sauf si le frein de parking est électrique, il se déverrrouille le plus souvent tout seul
  5. puis de retirer le pied du frein et d’appuyer sur la pédale d’accélérateur pour démarrer.

Quand recharger un véhicule électrique ?

Essayez de conserver le niveau de batterie de votre véhicule électrique entre 20 % et 80 %, qui est la plage d’utilisation la plus souvent recommandée par les constructeurs. Dans tous les cas, reportez-vous au manuel d’utilisation pour savoir comment optimiser votre batterie.

Idéalement, rechargez la batterie pendant les heures creuses (celles où la consommation d’énergie est la moins importante) puisque c’est à ce moment-là que le prix de l’électricité est le moins cher.

Sur la plupart des modèles, il est possible de programmer la recharge depuis la voiture ou à distance depuis une application mobile.

Comment charger un véhicule électrique ?

Pour recharger une batterie de véhicule électrique, c’est très simple.

Commencez par ouvrir la trappe du socle de la prise (ou prise femelle). Insérez-y ensuite le connecteur (ou prise mâle) en vous assurant au préalable qu’il soit bien branché à une prise ou une borne de recharge.

La recharge se met alors en route ! 

Quelles prises pour quelles vitesses de recharge ?

Logiquement, un câble mobile de recharge vous a été fourni au moment de l’achat de votre véhicule accessible électrique. Celui-ci va vous permettre de recharger votre voiture directement sur une prise domestique (qui nécessite un adaptateur parfois disponible en option) ou sur une borne. Le cable comprend une prise à chaque extrémité :

-    La prise côté borne / infrastructure est appelée prise « mâle » (schéma 1)
-    La prise côté véhicule est appelée prise « femelle » (schéma 2)

Vous pouvez également rencontrer des prises Combo CCS (schéma 3) notamment lorsque vous utilisez une borne de recharge rapide. Ces prises sont compatibles avec les véhicules dôtés d'une prise "mâle" de type Combo CCS.

 

Et donc logiquement :

La prise de type 2 mâle (présente en nombre) a une capacité de recharge maximale de 22 kW AC tandis que la prise Combo CCS (présente majoritairement sur autoroute) a une capacité de recharge de maximum 350 kW DC (charge rapide).

Le temps de recharge va dépendre, quant à lui, de la capacité totale de la batterie (plus ou moins grosse), du pourcentage à recharger ainsi que de la température extérieure.

Quelle est l’autonomie de la batterie d’un véhicule électrique ?

Tout dépend du véhicule en question, de la capacité de sa batterie et de son efficience en roulant. Les plus petites autonomies sont inférieures à 150 km, les plus grandes supérieures à 500 km. L’autonomie est systématiquement communiquée par le constructeur automobile.

Comment recharger et payer la recharge de son véhicule électrique lors de longs trajets ?

Utilisez les bornes de recharge :

  • Sur les aires d’autoroutes, qui sont toutes en train d’être équipées de bornes de recharge ultra-rapides
  • Celles en centre-ville, pour coupler une visite ou une pause repas avec la recharge de votre véhicule
  • Ou sur les parkings publics ou de centres commerciaux, qui s’équipent de plus en plus de bornes ultra-rapides ou moyennement rapides

Pour payer sa recharge, voici différentes solutions :

  • Vous pouvez utiliser le badge d’un réseau de recharge – par exemple Shell, Total Energies, … – (il s’agit d’un badge souvent payant qui fonctionne par réseau, il en faut donc généralement plusieurs dans sa poche pour pouvoir se recharger dans un maximum d’endroits) ou le badge d’un opérateur de mobilité (qui, ici, permettra d’avoir accès à différents réseaux de recharge et non pas un seul) comme par exemple Chargemap, Freshmile ou Izivia. L’abonnement n’est pas obligatoire mais le badge reste souvent payant. Toutefois, contrairement au badge d’un réseau de recharge, des frais sont à inclure. A vous de choisir entre la praticité (un seul badge) ou le tarif avantageux (mais plusieurs badges dans la poche) !
  • Le paiement à l’acte qui représente le fait de pouvoir profiter d’une borne de recharge sans être abonné et en « payant le service directement » auprès des opérateurs de bornes. Le paiement se fait le plus souvent par scan d’un QR code avec votre téléphone portable. Cette solution est principalement adaptée si vous êtes un utilisateur occasionnel des bornes de recharge (vous rechargez presque tout le temps votre véhicule chez vous).
  • Le paiement direct par carte bleue, qui n'est pas disponible sur toutes les bornes mais tend à se généraliser sur les bornes ultra rapides.

Où/comment puis-je trouver des réseaux de recharge ?

Les deux solutions les plus connues à ce jour pour repérer les réseaux de recharge sont :

  • La carte interactive mondiale des bornes de recharge (à retrouver sur le site https://www.bornes-recharge.net/ consultation gratuite)
  • Ou encore l’application Chargemap par exemple, qui propose une recherche ville par ville, avec un filtre de puissances permettant de trouver les bornes adaptées à vos besoins, etc

Est-il dangereux de recharger mon véhicule sous la pluie ?

Aucun souci !

Les véhicules, les câbles et les bornes sont conçus pour supporter les conditions météorologiques les plus extrêmes. Le tout étant étanche et sécurisé, l’alimentation en électricité se coupe d’elle-même si nécessaire.

Les embouteillages et le froid risquent-ils de m’empêcher d’arriver à destination ?

Si ces dernières années on observe une augmentation de l’autonomie des véhicules électriques, le froid continue toutefois d’impacter l’autonomie. Vous pouvez compter une perte d’environ 15% à 20% de capacité si vous roulez en période de grand froid.

En ville et dans les embouteillages, les véhicules électriques consomment moins que les véhicules thermiques. Effectivement, dès lors que vous levez le pied de l’accélérateur, l’énergie est récupérée.

Toutefois la consommation d’un véhicule électrique sur l’autoroute est plus élevée.

Puis-je utiliser le four ou le sèche-linge lorsque ma voiture est en charge ?

Attention, charger un véhicule électrique nécessite de vérifier l’installation de votre maison ou de votre bâtiment. De nombreux paramètres sont à prendre en compte pour éviter les coupures : puissance de votre abonnement, puissance de votre borne de recharge pour véhicule électrique, pic de consommation déjà enregistré...

Bref, vous faire conseiller par un expert électricien ou spécialiste de la pose de borne est fortement recommandé. Pour cela, n’hésitez pas à faire appel à notre partenaire Rossini Energy.
 

Quelle est la fréquence des entretiens d’une voiture électrique ?

Selon la majorité des constructeurs, il est préconisé d’effectuer un entretien annuel notamment pour vérifier le système de refroidissement de la batterie.

Cependant, certains constructeurs comme Tesla ne préconisent pas d’entretien pendant les 4 premières années de vie de la voiture. Il faut dire qu’un moteur électrique = moins de pièces = moins d’usure ! 

L’électrique est-il plus cher à l’entretien ?

On remarque qu’en général, l’entretien d’un véhicule électrique est 25% à 40% moins cher que celui d’un véhicule thermique. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’un moteur électrique est bien plus simple (il possède moins de pièces individuelles) et s’use moins rapidement.

Aussi, vous pouvez dire « stop » à la vidange du moteur, à l’entretien des courroies de distribution, au changement des bougies, aux contrôles antipollution… Il faudra toutefois continuer à faire vérifier l’état des plaquettes, des disques de frein, la pression des pneus, la batterie… 

Dois-je me lever la nuit pour débrancher ma voiture lorsque les batteries sont chargées ?

Contrairement à votre smartphone, vous n’avez pas besoin de débrancher la batterie dès que sa charge est terminée.

Le véhicule gère lui-même s’il a besoin de se recharger ou non.
 

Quels sont les avantages de passer à l’électrique ?

Parmi les bonnes raisons de rouler à l’électrique, on trouve :

  • Un impact moindre sur l’environnement suite à une consommation moins polluante (zéro émission, ni C02)
  • Des économies à l’usage (coût de l’électricité < coût du carburant, moins de frais d’entretien, éligibilité au bonus écologique et prime à la conversion…)
  • Un confort de conduite (silence de fonctionnement, moins d’attention à porter au moteur pour le changement des vitesses, moins de vibrations, dynamisme, stationnement gratuit dans de nombreuses communes françaises)
  • Une meilleure fiabilité (moins de pièces à changer régulièrement puisqu’une voiture électrique a un fonctionnement bien plus simple qu’une voiture thermique)
  • Pas de restriction de circulation (ZFE…)
  • Recharge plus pratique (directement en rentrant chez soi)

Comment adapter sa conduite pour optimiser au maximum la batterie de son véhicule électrique ?

Optez pour l’écoconduite :

  • L’accélération consomme de l’énergie : en ville ou sur autoroute privilégiez donc une vitesse stable et une conduite souple.
  • En montagne ou lors de trajets vallonnés, laissez le frein moteur faire, il vous permettra de récupérer un peu d’énergie.
  • La pression des pneus peut avoir un impact sur l’autonomie du véhicule électrique, pensez-y ! (Un pneu sous-gonflé peut vous faire consommer jusqu’à 10% d’énergie supplémentaire.)
  • Vous pouvez également penser à alléger au maximum votre véhicule : adieu les barres de toit si elles ne vous servent pas quotidiennement, par exemple !
  • Activez le pré-conditionnement de votre véhicule tout en restant branché à la borne pour éviter de puiser inutilement dans votre batterie pour réchauffer l’habitacle.
  • N’hésitez pas à activer les sièges et le volant chauffants si vous le pouvez, au lieu d’utiliser le chauffage de l’habitacle ! Ils seront plus efficaces et puiseront moins d’énergie. 

Est-ce qu'une voiture électrique correspond à tout usage (urbain, autoroute, mixte, …) ?

Ville : la voiture électrique y a clairement sa place, puisqu’elle ne souffrira pas de multiples redémarrages du moteur même pour de petits trajets. De plus, c’est en ville qu’elle consomme le moins car chaque ralentissement permet de recharger la batterie.

Route : là aussi, la voiture électrique est très sobre et surtout silencieuse. Rouler à 80 km/h en voiture électrique est vraiment reposant. La tenue de route est supérieure à celle d’une voiture thermique. La batterie étant situé dans le plancher, le centre de gravité est très bas.

Autoroute : c’est le type de trajet qui convient le moins aux voitures électriques car la consommation augmente avec la vitesse. Cependant, le grand réseau de bornes de recharge rapide qui se met en place permet déjà d’envisager de longs trajets sans difficultés.
 

La batterie se dégrade-t-elle avec le temps ?

Toutes les batteries vieillissent à l’usage même si elles ne sont pas utilisées et en fonction des cycles de recharge (un cycle = charge et décharge complète).

Voici les 5 erreurs à éviter pour préserver votre batterie :

 

  1. Conserver un niveau de batterie faible pendant trop longtemps

    L’idéal pour le quotidien est de conserver un niveau de batterie compris entre 20 et 80%. Une batterie qui descend régulièrement sous la barre des 5% et qui n’est pas rechargée dans la foulée verra sa détérioration accélérée. Bien sûr, il se peut que votre batterie soit rechargée à 95% par exemple avant un long déplacement et descende sous les 10% à l’arrivée. Cela n’est pas grave s’il s’agit d’un cas ponctuel et que la batterie reste peu de temps à ces niveaux extrêmes. Vous pouvez bien évidemment vous l’autoriser de temps en temps !
     
  2. Laisser son véhicule électrique immobilisé trop longtemps

    Point principal à retenir : un véhicule électrique doit rouler très régulièrement afin d’éviter le vieillissement précoce de sa batterie. Si vous ne roulez pas souvent ou que vous êtes amené à moins rouler, veillez à ne pas laisser votre véhicule électrique immobilisé plus d’un mois. Veillez également à rester dans la fourchette des 20-80% de batterie dans ce genre de situation, voire idéalement entre 50 et 75%.
     
  3. Utiliser trop souvent la recharge rapide

    Une recharge rapide c’est beaucoup de chaleur dégagée. Or, trop de chaleur peut s’avérer néfaste pour les cellules de la batterie. Un véhicule qui roule beaucoup aura une batterie déjà bien chauffée. Donc, si en plus, vous la rechargez régulièrement en charge rapide, vous rajoutez une dose de chaleur. La batterie sera alors trop souvent en état de surchauffe, ce qui participera à la détérioration précoce de celle-ci. Les chaleurs extrêmes (50 -70°) peuvent altérer la durée de vie des batteries lithium-ion.
    L’idéal est donc de privilégier les recharges lentes à accélérées (de 2 à 22kW) au quotidien, c’est à dire à la maison ou sur une borne à charge normale. N’utilisez la recharge rapide que lors de vos longs trajets par exemple, ou les cas d’urgence.
     
  4. Adopter une conduite nerveuse

    La batterie d’un véhicule électrique est fabriquée pour tenir un certain nombre de cycles de recharge. A savoir aussi que la quasi-totalité des batteries utilisées dans les voitures électriques sont des batteries lithium-ion qui tiennent en moyenne 1000 à 1500 cycles. Et donc, leur fonctionnement se déroule comme le schéma d’une boucle : plus vous conduisez nerveusement, plus vous consommez et plus vous serez amené à recharger rapidement la batterie. Naturellement, la durée de vie de celle-ci se dégradera plus rapidement. N'hésitez pas à utiliser le mode éco de votre véhicule s’il en est équipé !
     
  5. Laisser son véhicule stationné dehors

    On ne peut pas réellement parler d’erreur pour ce dernier point. Simplement, si vous avez le choix, privilégiez le stationnement de votre véhicule à l’abri ! Le laisser en plein soleil ou sous le froid hivernal ne permet pas de préserver la durée de vie de la batterie ni un fonctionnement optimal. Le soleil aurait tendance à favoriser l’usure prématurée de la voiture en elle-même. Aussi, si cette dernière chauffe facilement et que vous avez le temps d’attendre que la batterie descende en température pour la brancher, faites-le. A l’inverse, le froid n’a pas d’impact sur l’usure de la batterie mais il empêche cependant le bon fonctionnement des cellules. C’est la raison pour laquelle l’autonomie des véhicules électriques est plus faible pendant les mois d’hiver.